Savoirs perdus: Ce que les anciens campeurs savaient (et que nous avons oublié)

Faire du feu

Camper, faire des randonnées sauvages ou des stages de survie… Ces activités sont devenues les activités préférées des français en vacances. Pourtant, ces pratiques ont tendance à beaucoup se commercialiser, et donc se standardiser. Les sites proposent de plus en plus de services, qui rendent la pratique beaucoup moins autonome et bien plus assistée. Cela ressemble donc de plus en plus à des centres de vacances plutôt qu’à de la vraie randonnée !

Il faut dire que le marché ne pousse pas vraiment le campeur à devenir autonome : les équipements demandent de plus en plus de ressources, ce qui ne facilite pas la vie en pleine nature.

C’est pourquoi cet article va vous exposer quelques notions que les « ANCIENS » savaient, qui ont été un peu oubliées, et qui peuvent vous permettre d’exercer votre passion en toute autonomie, et libre de la foule et des sites bondés de touristes.

Faire du feu était essentiel pour les Hommes préhistoriques (non seulement pour se nourrir mais aussi pour se chauffer et se protéger des prédateurs). Il fallait aussi être très inventif et créer des recettes qui se basaient sur ce qu’ils avaient sous la main.

Ensuite, si vous souhaitez bivouaquer dans un endroit un peu plus libre, tâchez de choisir ou de repérer un endroit qui s’y prête : généralement pas au bord de l’eau, car un peu trop exposé aux éventuels visiteurs. Les meilleurs endroits pour camper sont généralement la campagne et la montagne.

Il existe toujours des petites clairières près des routes qui pourront accueillir votre campement :

L’autonomie en énergie est également quelque chose qu’il faut savoir bien gérer si l’on veut garder sa liberté : il faut savoir consommer raisonnablement, en essayant de calculer sa consommation, que ce soit pour l’eau, ou l’électricité. Les plus anciens campeurs ne prenaient pas de douche dans leur camping-car, ils allaient juste se baigner dans la rivière pour se rafraîchir ! Economisez vos ressources autant que possible, afin de pouvoir garder votre indépendance aussi longtemps que possible.

En cas de panne de batterie, et afin de ne pas être perdu, munissez-vous toujours d’une boussole et d’une carte. Les objets connectés nous aident beaucoup pour nous repérer et retrouver notre chemin, mais en cas de dysfonctionnement, il faut avoir une roue de secours. C’est indispensable, surtout si vous êtes seul en pleine nature.

Les plus anciens campeurs, et ceux qui se déclarent comme les plus traditionnels, vivent au quotidien en fonction de ce qu’ils trouvent autour de leur campement. On parle ici bien évidemment de nourriture, que ce soit des fruits, ou même du gibier. Certains campeurs estiment qu’il faut être un peu chasseur pour pouvoir profiter pleinement de l’activité en pleine nature.